II LES LIENS ENTRE
L'OCÉAN ET L'ATMOSPHÈRE

3ème PARTIE


LA CIRCULATION OCÉANIQUE
LES ÉCHANGES DE CHALEUR
OCÉAN ET ATMOSPHÈRE
LES EFFETS DES VARIATIONS
DE L'OCÉAN SUR LE CLIMAT
L'OCÉAN CONTROLE LE GAZ CARBONIQUE 

arrêter le son

LES EFFETS DES VARIATIONS
DE L'OCÉAN SUR LE CLIMAT

La salinité de l'océan

Dans les régions où il y a des évaporations élevées, l'eau de la mer devient plus salée, tandis que la salinité chute dans les régions plus fraîches, en raison de la fonte des glaces. La salinité des océans change entre 30 et 37 (3 et 3,70 %). L'eau de mer contient en moyenne environ 35 grammes de sel par litre.

Comme on peut le prévoir, la densité de l'eau de mer dépend davantage de la salinité que de la température. La densité de l'eau de mer est également plus sensible à la température que celle de l'eau douce. Notez le maximum de densité de 4,01 à 5º et la salinité 5 (0,50%). (en fait 4,40 à 3ºC pour 0,50% salinité) et une valeur semblable pour l'eau douce à 4ºC. Ce maximum de densité disparaît pour l'eau d'océan. L'eau de mer froide est environ 2,40% plus lourde que l'eau douce froide ou chaude.

La répartition de la salinité en surface est moins zonale que celle de la température. Le caractère zonal de la distribution de la température est dûe au fait que la température de surface est liée à l'ensoleillement, qui dépend fortement à la latitude. Le premier facteur qui détermine la salinité est le bilan évaporation - précipitation qui est moins zonal que l'ensoleillement (forte influence des climats continentaux). Ainsi, les effets de la très forte évaporation au niveau des anticyclones subtropicaux (comme l'anticyclone des Açores) apparaît nettement dans la distribution de salinité de surface. Inversement, les précipitations abondantes de la région équatoriale font que la salinité est plus faible au voisinage de l'équateur. D'autres phénomènes ont des effets visibles, comme l'apport des grands fleuves, en particulier dans l'océan atlantique, qui reçoit les eaux des plus grands fleuves de la planète (Amazone, Niger, Congo). La salinité chute dans les régions plus fraîches, en raison de la fonte des glaces. La salinité des océans varie entre 30 et 37 (3 et 3,70 %). L'eau de mer titre en moyenne environ 35 grammes de sel par litre.

NOM
SALINITE G/L
Mer Baltique
07,00
Océan Antarctique
34,70
Océan Pacifique
35,00
Océan Indien
36,50
Océan Atlantique
36,50
Mer Méditerranée
38,50
Mer Rouge
39,70

 


La moyenne de la salinité des eaux
de surface (relatif au moyen 1987-1990)
Cliquez ici pour agrandir

Cliquez ici pour voir une vidéo (1,73 Mo) d'une animation
de l'anomalie de la SSS (Salinité de la Surface de
la Mer) simulé sur la période des années 1582 et 1825

 

Les variations annuelles de la salinité des océans sont faibles, sauf localement, dans les régions ayant un climat alternant de fortes précipitations et une période sèche (exemple : les moussons de l'océan Indien).


La température de l'océan

L'océan est plus chaud que l'air en moyenne (annuelle), les écarts de la température sont en moyenne assez faibles (environ 0,80°C aux tropiques) mis à part près de certaines côtes et dans les régions glaciaires.

 

Moyenne annuelle de la température de la surface de l'océan (en °C)

Variations annuelles des températures mensuelles (en °C). Les valeurs
affichées représentent la différence entre la moyenne du mois
le plus chaud et la moyenne du mois le plus froid.

Ce graphique a été créé puis est mis à jours suivant les données de la NOAA

La variation des précipitions dépend de la variation de la température de l'océan.

A l'ouest du Pacifique, sous l'influence des alizés se forme un immense réservoir d'eau chaude, aussi grand que la surface des USA. Mais par périodes de 3 à 7 ans, les alizés faiblissent et les eaux chaudes gagnent l'est du Pacifique. C'est une anomalie climatique connue sous le nom d'El Niño, apparaissant en décembre sur les côtes du Pérou. Cette anomalie de la température de l'océan entraîne une activité orageuse importante, là où règne habituellement la sècheresse. la formation des cyclones est favorisée par ce transfert d'eau chaude et touche des zones habituellement épargnées comme la Polynésie. El Niño modifie les climats en provoquant des inondations ou des sécheresses, parfois catastrophiques.

Cliquez ici pour voir une simulation des précipitations anormales causées
par la température de la surface de la mer observée de 1982 à 1998

Dans l'Atlantique du nord, un phénomène nommé l'oscillation du Nord Atlantique (NAO) est le principal mode de la variabilité climatique dans ce secteur. Issue de l'interaction entre océan et atmosphère, son activité est plus marquée en hiver.